Avant-Propos :

A chaque début d’année, il est de coutume de se souhaiter plein de bonnes choses pour les 12 mois qui viennent. Dans le domaine qui nous concerne, les musiques progressives, il suffira que 2007 ressemble à ses devancières pour que nous soyons comblés. Cette première Sélection de Nouveautés de l’année n’innove donc guère par rapport à celles que vous avez découvertes ces derniers mois, et dévoile à son tour la mine radieuse qu’arbore actuellement le microcosme progressif.
En ce qui concerne Cosmos Music, 2007 revêt une importance toute particulière. Notre structure VPC a en effet vu le jour en février 1997, ce qui nous permet aujourd’hui de fêter nos 10 ans d’activité. Pour célébrer dignement cet anniversaire, nous avons décidé de réitérer notre première offre promotionnelle, c’est-à-dire de proposer 10 albums, parmi les meilleures sorties de l’actualité progressive, à 14 € pièce. Oui, vous avez bien lu... Alias Eye («In Focus»), Chimpan A («Chimpan A»), Al Garcia («Alternate Realities»), Greylevel («Opus One»), Hypnos 69 («The Eclectic Measure»), The Last Embrace («Inside»), Lost World («Awakening of the Elements»), Nemo («SI Partie II»), Tea For Two («Twisted») et Xang («The Last of the Lasts») sont donc les représentants de cette offre exceptionnelle qui, il nous faut le préciser, est certes valable jusqu’au 15 février mais seulement dans la limite des stocks disponibles. Nous avons en effet été contraints de limiter le nombre d’exemplaires pour quelques unes de ces références, au regard du prix proposé, alors ne tardez pas à nous contacter. C’est cadeau, ou presque...
Pssit... Un secret à vous livrer pour finir : il y aura d’autres belles promotions comme celle-ci en 2007, alors soyez sur vos gardes...

Bonne lecture et bonne année à toutes et à tous !

Olivier Pelletant (pour Cosmos Music)


Promotion Janvier/Février 2007

Jusqu'au 15 février...

Et dans la limite des stocks disponibles...

10 CD à 14 € pièce !!! 

ALIAS EYE : "In Focus"

CHIMPAN A : "Chimpan A"

AL GARCIA : "Alternate Realities"

GREYLEVEL : "Opus One"

HYPNOS 69 : "The Eclectic Measure" (2006)

THE LAST EMBRACE : "Inside"

LOST WORLD : "Awakening Of The Elements"

NEMO : "SI Partie II"

TEA FOR TWO : "Twisted"

XANG : "The Last Of The Lasts"

 


La dernière sélection de nouveautés (Février 2007)...

 

ALIAS EYE : "In Focus" 14 €

AMPLIFIER : "Insider" (Ed. Spéciale) 19 €

ASTRALIS : "Bienvenida Al Interior" 17 €

AVIVA : "ROkus Tonalis" 17 €

CHIMPAN A : "Chimpan A" 14 €

CRISALIDA : "Crisalida" 17 €

FINAL CONFLICT : "Simple" 18 €

AL GARCIA : "Alternate Realities" 14 €

GREYLEVEL : "Opus One" 14 €

HAL & RING : "Alchemy" 17 €

HYPNOS 69 : "The Eclectic Measure" (2006) 14 €

HYPNOS 69 : "The Intrigue Of Perception" (2004) 17 €

HYPNOS 69 : "Time Traveller" (2002) 17 €

IX : "Ora Pro Nubis" 17 €

THE LAST EMBRACE : "Inside" 14 €

LAZULI : "En Avant Doute" (CD+DVD) 25 €

LOST WORLD : "Awakening Of The Elements" 14 €

MONKEY3 : "39 Laps" 18 €

NEMO : "SI Partie II" 14 €

OPUS EST : "Opus 2" 17 €

PAIN OF SALVATION : "Scarsisk" 19 €

PENDRAGON : "And Now Everybody To The Stage" (DVD) 26 €

T.A.O. : "The Abnormal Observations" 18 €

TEA FOR TWO : "Twisted" 14 €

UNITOPIA : "More Than A Dream" 19 €

XANG : "The Last Of The Lasts" 14 €


ALIAS EYE : «In Focus» (64:15) 18 €


Troisième album pour les Allemands d’Alias Eye, et troisième essai gagnant ! Sur In Focus, le son s’est légèrement musclé, mais les mélodies restent toujours un des points forts du groupe, qui s’est également concentré sur les instruments analogiques, pour notre plus grand plaisir. Et si les morceaux sont généralement compris entre quatre et cinq minutes, leur fluidité est telle qu’ils imposent naturellement Alias Eye comme une valeur sûre de notre mouvement, notamment (et c’est à souligner car assez rare) et avant tout grâce à la forte personnalité de son chanteur Philip Griffiths (fils de Martin, ayant jadis officié au sein de Beggars Opera)


AMPLIFIER : «Insider» (Ed. Spéciale) (59:36/39:44) 19 €


Après un excellent premier album, le trio Amplifier revient à la charge avec sa deuxième galette, augmentée pour l’occasion du mini-album The Astronaut Dismantles Hal. Heureuse initiative, car celui-ci, publié entre les deux opus, renferme des compositions tout aussi excellentes, et dans une veine un brin plus «progressive» que les morceaux d’Insider. Car ce dernier, s’il n’est pas pour autant facile à appréhender au premier coup d’oreille, se montre toujours plus percutant, avec des compositions plus ramassées, et toujours un intense travail guitaristique et la voix chaude de son leader Sel Belamir. Le cap du deuxième album est donc franchi avec succès pour Amplifier.


ASTRALIS : «Bienveenida Al Interior» (54:51) 17 €


Mené par le guitariste chilien Patricio Vera-Pinto, Astralis est un éminent représentant du prog symphonique le plus chatoyant, Pink Floyd se retrouvant ici conjugué à des influences plus néo. Les morceaux sont assez étendus, permettant la mise en place de longues séquences instrumentales lyriques et rythmées, tandis que le chant féminin en espagnol ne pourra que vous faire fondre. Un dépaysement bienvenu !


AVIVA : «Rokus Tonalis » (69:44) 17 €


Faîtes bien attention à cette formation russe ! Non seulement parce qu’elle propose ici une œuvre magistrale de maîtrise, mais également car sa musique s’avère d’une telle profondeur que son appréhension n’est pas aussi aisée que l’on pourrait le croire de prime abord. Complexité ne rime cependant pas avec aridité, et Rokus Tonalis expose son discours (totalement instrumental) avec une rare maestria. Il faut dire que Aviva ne recule devant rien, intégrant le cycle de compositions polyphoniques de Paul Hindemith pour piano dans une forme électrique et un contexte progressif, pour un résultat qui n’est pas sans évoquer parfois ELP ou certains groupes à dominante de claviers. Mais Rokus Tonalis demeure bel et bien un album complexe, aux arrangements riches et touffus, qui plaira en priorité à ceux qui veulent participer activement à son écoute. A découvrir.


CHIMPAN A : «Chimpan A» (59:18) 17 €


Derrière ce patronyme pour le moins intrigant, se cache en fait le nouveau projet de Robert Reed, le leader de Magenta. En compagnie de Rob Thompson et Steve Balsamo, deux musiciens aguerris, il propose une collection de chansons de toute beauté, qui s’inspirent à la fois des grands classiques du prog (Pink Floyd, bien sûr !) et de sonorités plus actuelles (Björk ou Massive Attack), pour un résultat au moins aussi bon qu’un Paatos... Bien que paru il y a quelques mois déjà, ce Chimpan A devrait bel et bien illuminer ce début d’année !


CRISALIDA : «Crisalida» (52:40) 17 €


En provenance de Colombie, voici la nouvelle sensation en matière de hard-prog ! Bien sûr, l’affiliation aux maîtres du genre, Dream Theater, ne fait aucun doute, mais l’ensemble est réalisé avec un tel professionnalisme et une telle passion que vous ne devez pas bouder votre plaisir. Amoureux de joutes instrumentales de haute volée, de structures à l’architecture complexe à souhait et de mélodies puissantes, ce disque est fait pour vous !


FINAL CONFLICT : «Simple» (56:27) 18 €


5 albums en plus de 20 ans de carrière, avouez que cela n’a rien d’extraordinaire (quoique à l’échelle du prog...). Mais ce genre de considérations ne semblent pas encombrer l’esprit des musiciens de Final Conflict, qui suivent leur petit bonhomme de chemin avec tranquilité et régularité. Arpentant avec minutie les terres neo-progressives depuis son premier opus, le groupe anglais affine son propos, sans chercher une seule seconde à le renouveller ou à l’élargir. Ce constat, rédhibitoire pour certains, offrira aux autres la certitude de bénéficier, avec ce Simple, d’un rock neo-progressif de grande qualité fait de mélodies sucrées, de structures facilement identifiables et de développements instrumentaux tour à tour aériens et tendus. Final Conflict ne sera certes jamais une locomotive de notre mouvement, mais une valeur sure, cela ne fait aucun doute.


AL GARCIA : «Alternate Realities» (56:36) 17 €


A l’instar de Daryl Stuermer dans notre précédente Sélection de Nouveautés, Al Garcia nous présente ici un album de «guitariste» particulièrement réussi. Moins inspiré par Steve Hackett ou Marty Friedman, et davantage par Pat Metheny ou Allan Holdsworth, ce musicien américain (bassiste émérite également, et grand fan de Jeff Berlin) délivre un excellent opus de fusion progressive : «fusion» car les ingrédients recensés sont avant tout ceux du jazz-rock, mais «progressif» car la dimension mélodique n’est jamais absente des longues joutes instrumentales de Alternate Realities. Rien de vraiment neuf sous le soleil, mais pourtant que c’est bon !


GREYLEVEL : «Opus One» (58:56) 18 €


Superbe découverte que cette jeune formation canadienne, dont le premier album (le bien nommé Opus One), impose un progressif atmosphérique, aérien et mélancolique qui évoque clairement Porcupine Tree (celui de The Sky Moves Sideways ou de Stupid Dream) ou le Pineapple Thief le plus ambitieux, voire Blackfield pour la fluidité mélodique. Par rapport à ces formations, Greylevel offre néanmoins un enrobage formel bien plus ‘seventies’, et de bien plus nombreux développements instrumentaux. Les 6 compositions (6, 8, 17, 9, 15 et 3 minutes) de Opus One, mises en forme par le multi-instrumentiste Derek Barber (entouré ici de sa femme Esther au chant, et du guitariste Richard Shukin), développent donc un progressif soyeux et sophistiqué qui devrait permettre à leurs auteurs de se faire rapidement une solide réputation dans notre petit milieu..


HAL & RING : «Alchemy» (44:51) 17 €


Voici un opus très simple à présenter : Hal et Ring sont au départ deux formations japonaises ayant l’une et l’autre œuvré dans les années 70 et qui ont décidé de mettre aujourd’hui leur talent en commun pour réinterpréter des morceaux de l’époque. Hal & Ring est ainsi une combinaison de 5 musiciens des 2 groupes cités : 2 claviéristes, un guitariste et une section rythmique. Première et excellente surprise, le son est excellent (ce qui est loin d’être toujours le cas avec les sorties nippones actuelles) ! Tout comme d’ailleurs les 7 titres (de 4 à 10 minutes) qui constituent Alchemy et qui s’avèrent en effet d’une écriture soignée et pleine de rebondissements. Cet opus, totalement instrumental, fait preuve tout à la fois d’intensité et de clarté mélodique, pour évoquer bon nombre de tenors anglais de l’époque (en premier lieu Camel) et prendre parfois quelques accents jazz-rock à la manière de Ain Soph... Une réussite indéniable au final, sur laquelle je n’aurais pourtant pas misé grand chose a priori...


HYPNOS 69 : «The Eclectic Measure» (2006) (48:25) 17 €

HYPNOS 69 : «The Intrigue OfPerception» (2004) (48:23) 17 €

HYPNOS 69 : «Thime Traveller» (2002) (40:35) 17 €


Issue de la scène psyché-stoner, cette formation belge, fondée en 1994, a évolué au fil du temps pour réaliser en 2006 une œuvre ouvertement progressive, à la fois moderne et sous influences seventies, Pink Floyd et King Crimson en tête. En 10 compositions tour à tour sereines et fiévreuses, mélancoliques et vives, Hypnos 69 entraîne l’auditeur dans un tourbillon d’émotions intenses, le caresse et le bouscule à l’aide de guitares acoustique et électrique, de claviers (essentiellement analogiques dont un superbe Mellotron) et d’instruments à vent (saxophone et clarinette) enchanteurs. De par son inspiration et sa profondeur mélodique, son interprétation et sa mise en son impeccables, The Eclectic Measure s’impose comme une pièce maîtresse du rock progressif actuel.
Nous vous proposons également les premier et troisième albums du groupe. Pour ceux qui apprécient le heavy rock, Timeline Traveller (2002) est un incontournable du genre, constitué de longs morceaux (8 minutes en moyenne) parsemés de nombreux breaks et de belles accalmies, menés par un guitariste et un bassiste très en verve. The Intrigue Of Perception (2004), quant à lui, préfigure la formidable réussite à venir. Si la fougue de la jeunesse transparaît ici et là, la musique se fait plus atmosphérique, raffinée et variée.
Hypnos 69 a récemment mis fin à ses activités. Nous vous offrons l’occasion de découvrir ce que ce formidable quatuor belge laisse derrière lui. Ne la manquez pas !


IX : «Ora Pro Nubis» (54:36) 17 €


Une autre excellente surprise en provenance d’Amérique du sud pour cette sélection. Cette fois, c’est un projet vénézuélien, monté par le claviériste de Tempano, groupe dans la lignée d’ELP remarqué pour ses participations aux œuvres collectives de Collosus. Dans ce disque, les influences sont plurielles, et les sensations extrêmement variées à son écoute : on évolue d’ambiances électroniques à des teintes plus jazz, en passant par des moments symphoniques ou folkloriques, avec comme fil conducteur le chant en espagnol. Un voyage au long cours en somme, qui devrait trouver bon nombre d’adeptes !


THE LAST EMBRACE : «Inside» (45:32) 18 €


On le sait, le progressif possède de nombreuses ramifications, certaines plus à même de permettre aux groupes qui s’y adonnent d’espérer du succès... Les français de The Last Embrace nous délivrent ainsi une première galette d’excellente facture qui développe un progressif gothico-atmosphérique à la Anathema et The Gathering. Et croyez-le ou non, mais Inside parvient à soutenir brillamment la comparaison avec ces 2 ténors du genre, laissant augurer un avenir radieux à nos jeunes français. Erigeant de superbes décors, grâce au chant féminin et aux parties instrumentales réellement progressives, The Last Embrace fait une entrée remarquée dans notre petit monde, auquel il appartient bel et bien malgré ses quelques penchants vers un metal atmosphérique.


LAZULI : «En Avant Doute...» (41:52+DVD) 25 €


Déjà auteur d’un premier album, ce combo français présente une certaine originalité de par la palette d’instruments utilisés : outre la base rock traditionnelle, on a ainsi droit au chapman stick, au vibraphone et même à un instrument unique, la léode, mixte de guitare, de synthétiseur et de scie mélodique (sic !). Pour ce qui est du style décliné, si la musique s’avère donc assez colorée et variée, le chant s’inscrit dans la lignée de la verve d’un Christian Décamps. Un des titres s’intitule d’ailleurs «Capitaine Cœur de Miel Part Two». Lorsque vous saurez que ce disque est proposé avec un DVD bonus, avec extraits de concerts et documentaire, vous n’aurez plus aucune raison pour hésiter à découvrir le talentueux Lazuli !


LOST WORLD : «Awakening Of The Elements» (49:08) 17 €


Les bonnes surprises en provenance de l’est de l’Europe n’en finissent pas d’arriver. Dernière en date, le trio Lost World, qui fut créé en 1990 et a déjà réalisé en autoproduction pas moins de sept albums, sans compter les divers concerts. La maîtrise des musiciens ne fait donc aucun doute, mais loin d’une quelconque esbroufe technique, elle est mise au service de pièces instrumentales chaleureuses, qui mêlent à merveille classique et rock progressif plus traditionnel, avec en particulier la présence d’un violoniste extrêmement doué. Un autre incontournable


MONKEY 3 : «39 Laps» (51:33) 18 €


Deux ans à peine après leur plus que succulent premier opus, le quatuor suisse remet le couvert pour nous servir un plat plus goûteux encore. Bien que très peu orthodoxe, le progressif instrumental (psyché et cosmique) de 39 Laps révèle un groupe au sommet de son art, enclin à distiller une musique aux qualités mélodiques indéniables et mises en son par des musiciens aux compétences techniques irréprochables. Monkey 3, paradoxalement peut-être, s’offre ainsi une large fenêtre sur un public très large, sa forte personnalité lui permettant d’entraîner dans son sillage bon nombre de mélomanes, et pas seulement ceux issus de notre courant. Car si 39 Laps fait preuve d’une grande ambition, sa modernité formelle se savoure pleinement, tout autant lors des parties énergiques que des séquences les plus atmosphériques. Cerise sur le gâteau, une magnifique version du thème principal de Il Etait Une Fois Dans l’Ouest de Ennio Morricone, floydienne en diable. Magnifique.


NEMO : «SI Partie II» (56:28) 17 €


Après un SI Partie I qui constituait une quasi apothéose pour le groupe français, on pouvait craindre que la suite, promise si peu de temps après, ne soit pas à la hauteur... Heureusement, il n’en est rien ! Toujours basés sur le thème des manipulations génétiques, les textes sont servis par une musique plus éclatante que jamais, avec des mélodies prenantes et quelques nouveautés sonores qui amènent une part bienvenu de renouvellement. Une excellente nouvelle pour ce début d’année, que de constater les progrès effectués si rapidement par Nemo, désormais totalement affranchis de ses accointances avec Ange. SI Partie II est donc non seulement l’album de Nemo qui bénéficie de l’écriture la plus soignée, mais également celui qui jouit d’une production sans faille. Et c’est trop rare en France pour ne pas être applaudi des 2 mains..


OPUS EST : «Opus 2» (74:28) 17 €


Après un sympathique premier album, paru en 1983, Opus Est, récemment reformé, nous présente aujourd’hui son successeur. Opus 2 s’avère en fait une longue suite constituée de 4 parties distinctes, deux d’entre elles ayant été composées et enregistrées en 1979 et laissées jusqu’ici dans un tiroir, les deux autres datant pour leur part de 2004. Opus Est, formation sudéoise, ne cache pas bien longtemps ses origines, offrant un superbe prog symphonique qui renvoie clairement à des groupes comme Kaipa (la sophistication) ou Foundation (la dimension ‘spatiale’)... En bonus, 4 morceaux du milieu des années 80 s’offrent à nous, mais dans une veine bien plus accessible et somme toute moins intéressante... Mais vous l’avez compris, le grand intérêt de Opus 2 réside ailleurs, dans les 45 minutes de «Four Metamorphoses Of A Face», à même de ravir tous les adeptes de symphonisme spatial.


PAIN OF SALVATION : «Scarsick» (67:47) 19 €


En attendant la suite de The Perfect Element, le groupe de Daniel Gildenlöw poursuit son bonhomme de chemin avec ce disque, moins conceptuel que Be mais toujours aussi réjouissant. Pourvu de textes plus réalistes et ancrés dans l’actualité, Scarsick distille une musique à la fois typique de Pain of Salvation, mais également plus variée (on trouve même de larges influences disco sur un titre !). La qualité est en tout cas au rendez-vous, et les mélodies toujours aussi fortes sont sublimées par le chant à vif du leader du groupe. Un grand album, tout simplement.


PENDRAGON : «And Now Everybody To The Stage» (DVD)

(240 minutes) 26 €


Si l’album Believe, dernier bébé en date d’un des groupes phares du néo prog, ne vous avait pas totalement convaincu, ce DVD devrait vous permettre de retrouver toute la magie véhiculée par la bande à Nick Barrett. Enregistré de manière très professionnelle en Pologne, ce concert permet de découvrir le nouveau batteur de la formation, et un line up en pleine forme. Surtout, la sélection de morceaux honore l’ensemble des albums studio, enchaînant les moments forts, avec des soli de guitare tellement lyriques qu’ils ne peuvent laisser personne indifférent. En prime, un long documentaire revient à la fois sur Believe et sur la carrière de Pendragon.


T.A.O. : «The Abnormal Observations» (45:05) 18 €


Ce nouveau groupe en provenance de Pologne propose une vision du hard-prog particulièrement intéressante et originale : le cœur de son style est en effet constitué d’un mélange de metal et de jazz, ponctué de vocalises et d’onomatopées diverses. Mais les influences sont plus larges (King Crimson, Pain of Salvation...), et la grande maîtrise des musiciens fait qu’on écoute ce disque sans ennui et avec jubilation.


TEA FOR TWO : «Twisted» (45:05) 18 €


Humble formation allemande, Tea For Two mène sa barque tranquillement et semble progresser naturellement d’albums en albums. Le dernier en date, Twisted, apparaît ainsi comme leur meilleur à ce jour, prenant l’apparence d’un progressif mélodique, moderne et passionné qui relève d’une sorte d’inconséquence fortement jouissive. Les musiciens de Tea For Two ne se prennent pas au sérieux, c’est clair, et laissent libre cour à leur fertile imagination, tout à la circonscrivant à un néo-progressif symphonique et virevoltant, dont l’originalité (si, si, c’est possible !) passe par des envolées celtiques, flamenco (!) ou médiévales. Belle surprise.


UNITOPIA : «More Than A Dream» (70:36) 18 €


Encore une excellente surprise, en provenance cette fois-ci d’Australie, qui prouve à nouveau que la dimension cosmopolite du courant progressif n’est pas une légende. More Than A Dream est typiquement le genre d’album qui, bien qu’en apparence accrocheur et simpliste, prend du corps au fil des écoutes au point d’apparaître très vite comme une petite merveille. Entre pop et progressif, mais nourris d’arrangements soignés et de trouvailles mélodiques, ce premier opus de Unitopia évoque ainsi celui des américains de Simon Apple. Ces deux formations ont en commun de ne se laisser circonscrire à aucun genre précis, et de faire de leur singularité la base de leur formidable attrait. Le label Unicorn ne s’y est d’ailleurs pas trimpé, puisqu’il vient tout juste de signer Unitopia...


XANG : «The Last Of The Lasts» (57:29) 18 €


Enfin ! Huit ans après le remarqué Destiny of a Dream, la formation instrumentale française revient avec un disque tout simplement majeur. Consacré à l’évocation du premier conflit mondial, il nous permet de retrouver la magie de la musique de Xang, toujours très inspirée et mélodique, avec une forte dose de mélancolie, fort logique au vu du sujet abordé. La variété des ambiances, représentant les différents aspects de cette «Grande Guerre», ne fait que renforcer l’impression extrêmement positive et attachante qui se dégage de ce disque. Le livret, enfin, est spécialement soigné et somme toute au diapason de ce superbe The Last of the Lasts. Essentiel, tout simplement.