Avant-Propos :

En ce début d’été, saison qui agit comme un incroyable euphorisant sur notre humeur, impossible de ne pas positiver donc de ne pas parler une nouvelle fois de la large palette de nouveautés qui garnissent cette Sélection. Le rythme des sorties est certes fluctuant, mais quand il s’emballe, force est de constater que les échos de la crise du marché du disque semblent alors très éloignés...
L’heure des vacances ne va pas tarder à sonner, et en ce qui concerne Cosmos Music, ce sera pour les 15 derniers jours de juillet, du 13 au 27 juillet pour être précis... Vous avez ainsi sous les yeux la dernière Sélection de Nouveautés avant la fermeture de nos locaux. N’hésitez donc pas à nous contacter rapidement afin de faire quelques emplettes, histoire de passer les prochaines semaines sous la douce quiétude de notre musique préférée.
Profitez donc pleinement des semaines ensoleillées qui s’annoncent, histoire de bien décompresser de ces derniers mois de morosité ambiante... Que vous comptiez voyager à travers le monde ou non, sachez que le progressif, dans sa grande bonté a décidé une nouvelle fois de vous offrir un accompagnement de grand standing... Pas de vacances pour le prog, vous pouvez le constater encore et toujours ! Avoir le choix, n’est-ce-pas là le luxe suprême !? Vous voilà donc les «rois», face aux quatre pages de cette Sélection estivale, dans laquelle vous devriez pouvoir trouver votre bonheur...

Bonne lecture et bonnes vacances à toutes et à tous !

Olivier Pelletant (pour Cosmos Music)

P.S. : Vous pouvez désormais recevoir nos Sélections de Nouveautés par mail, au format Pdf. Que toutes les personnes intéressées nous contactent à l’adresse suivante : vpc@cosmosmusic.fr


Promotion Juillet 2008

Jusqu'au 5 août !!!!

Dans la limite des stocks disponibles...

 

2 CD à 14 € pièce !!! 

ANTI DEPRESSIVE DELIVERY : "Chain Of Foods"

WILLOWGLASS : "Book Of Hours"

 


La dernière Sélection de Nouveautés (Juillet 2008)...

 

ABEL GANZ : "Shooting Albatros" 17 €

ANTI DEPRESSIVE DELIVERY : "Chain Of Foods" 14 €

AYREON : "Elected" 9 €

BROTHER APE : "III" 17 €

D-PROJECT : "The Sagarmatha Dilemma" 17 €

PATRICK FORGAS : "Cocktail" (1977) 15 €

JUPITER SOCIETY : "First Contact Last Warning" 17 €

KALEVALA : "A Finnish Progressive Rock Epic" (Definitive Edition Remastered) (3CD) 32 €

MOSTLY AUTUMN : "Glass Shadows" 17 €

NO-MAN : "Schoolyard Ghosts" 18 €

OPRAM : "Live" 15 €

OSADA VIDA : "The Body Parts Party" (Ed. Limitée digipack) 18 €

PANIC ROOM : "Visionary Position" 17 €

THE PINEAPPLE THIEF : "Tightly Unwound" 18 €

PORT MAHADIA : "Echoes In Time" 14 €

PORCUPINE TREE : "Lightbulb Sun" 18 €

SPOCK'S BEARD : "Live" (DVD) 23 €

SPOCK'S BEARD : "Live" (2 CD) 23 €

THE OLIVER WAKEMAN BAND : "Coming To Town. Live In Katowice" (DVD+CD) 28 €

WILLOWGLASS : "Book Of Hours" 14 €


ABEL GANZ : "Shooting Albatros" (66:05) 17 €

Que ça fait plaisir de retrouver ce groupe anglais, 14 longues années après son précédent opus (The Defeaning Silence, alors le quatrième) !!! Le plaisir est bien sûr amplifié par la très haute qualité de ce Shooting Albatros, qui place ses devanciers très loin derrière. Redonnant une seconde jeunesse aux élements typiquement néo-progressifs de ses vertes années, Abel Ganz les insère de plus au sein d’une musique bien plus ambitieuse et personnelle. Shooting Albatros, en 4 longues compositions (15, 23, 13 et 15 minutes), délivre donc un progressif symphonique d’excellente facture, inclinant entre ambiances ‘seventies’ et ‘celtiques’. Une renaissance inespérée !!!


ANTI DEPRESSIVE DELIVERY : "Chain Of Foods" (47:44) 14 €

Sorti en 2004, le premier album de ce super groupe s’imposa assez nettement de par son originalité intrinsèque, faite d’un mélange osé de styles divers, donnant ainsi une définition toute personnelle du hard prog. Avec ce second opus studio, sans doute moins agressif, moins âpre, Anti Depressive Delivery demeure fidèle à un propos technique et maîtrisé, digérant à merveille les influences des années 70, qu’elles soient hard, jazz rock ou plus classiquement prog (la composition hommage «We Will Crimson You»). Un groupe qui a rapidement su se rendre incontournable.


AYREON : "Elected" (13:45) 9 €

Pour tous ceux qui en redemandent suite à la parution du dernier double album signé Ayreon, voici un EP susceptible de leur faire plaisir. Si quatre titres seulement sont au programme, pas moins de trois sont inédits, à côté du récent «Ride The Comet» : la reprise du «Elected» d’Alice Cooper voit la participation de Tobias Sammet, la cheville ouvrière du projet Avantasia, équivalent plus métal des œuvres d’Ayreon; quant aux deux autres titres, «E=MC2» et «Day Six : Childhood», ils sont interprétés en acoustique, avec la belle voix de Marjan Welman. De quoi satisfaire tous les «ayreonauts» !


BROTHER APE : "III" (53:10) 17 €

Avec la même configuration en trio de musicien que sur le précédent album (bassiste et guitariste se partageant les claviers avec beaucoup de compétence), Brother Ape développe une nouvelle fois son savant mélange d’énergie positive prog rock rythmée par un jazz pop mélodieux pour un résultat entre A.C.T. et Happy The Man. Rythmiques endiablées, mélodies accrocheuses, fulgurances contrôlées des guitares à la Allan Holdsworth, et toujours cette judicieuse économie de claviers utilisés à bon escient, ce qui nous épargne les démonstrations ostentatoires, sans oublier cet amour inconditionnel pour Steve Hackett auquel quelques arpèges sont respectueusement empruntées. En apportant encore plus de soin à son mélange des genres détonnant, Brother Ape sait prolonger, voire amplifier, l’onde de choc créer par Shangri-La, le précédent album. Swing à donner le tournis et mélancolie des douces lignes mélodiques, invitation à la danse ou au voyage, les 8 titres de III s’enchaînent en procurant un réel plaisir.


 

D-PROJECT : "The Sagarmatha Dilemma" (48:59) 17 €

Figure marquante de la scène progressive québecoise, Stephane Desbiens (que l’on a vu au sein de Qwaarn, Red Sand, Ere G, etc.) a certainement trouvé avec ce “projet” son plus probant moyen d’expression. Deux ans après un prometteur premier opus (Shimmering Lights), D-Project remet le couvert et offre un album plus abouti que son devancier. The Sagarmatha Dilemma a ceci d’enthousiasmant qu’il délivre autant d’ambiances et de styles que de compositions (7, de 4 à 12 minutes), avec un point commun cependant, le grand amour de son mentor pour Genesis et Pink Floyd. Rien de très original de ce point de vue, rétorquerez-vous avec raison, sauf que The Sagarmatha Dilemma (bénéficiant de plus de la présence en invité de -entre autres- Stu Nicholson de Galahad, de Derek Sherinian, de Brett Kull de Excholyn et John Green de Singularity) est serti dans un environnement sonore moderne, que Desbiens module à l’envi. D-Project délivre ainsi ce que l’on pouvait espérer du grans talent de son auteur, c’est-à-dire un progressif ni vraiment ‘seventies’, ni vraiment ‘contemporain’, mais totalement réussi...


PATRICK FORGAS : "Cocktail" (1977) (68:02) 15 €

Le premier opus de Patrick Forgas, datant 1977, est enfin réédité dans son intégralité. Enregistré en compagnie de musiciens de Zao et Magma, mais mettant également en valeur les talents méconnus de polyinstrumentiste du maestro, Cocktail s’inscrit dans une tradition jazz-rock/progressif franco-anglaise inspirée tout particulièrement par Soft Machine époque Robert Wyatt, avec cependant cette inspiration mélodique caractéristique qui fait aujourd’hui les belles heures de son Forgas Band Phenomena. En bonus, la genèse de ce premier opus est retracée en détail grâce à un long entretien avec l’intéressé et une floppée de démos dont certaines remontant à 1973/74. A redécouvrir pour mieux connaître une personnalité atypique et talentueuse de la scène progressive française...


JUPITER SOCIETY : "First Contact Last Warning" (60:37) 17 €

Non content de nous régaler avec Carptree, le claviériste Carl Westholm s’offre une escapade en créant une nouvelle entité, Jupiter Society. Mais ici point d’œuvre en solitaire : l’homme est copieusement entouré par de nombreux musiciens et plusieurs chanteurs (dont Mats Leven, ex Therion), et la musique n’a pas moins d’ambition que celle de son autre groupe. Au contraire même, ce premier opus dévoile un goût prononcé pour un rock symphonique puissant, souvent porté par de splendides passages atmosphériques et serti de mélodies toujours somptueuses. First Contact Last Warning se révèle donc un album plus que recommandable et crée une bien belle surprise en ce début d’été. Superbe !


KALEVALA : "A Finnish Progressive Rock Epic" (Definitive Edition Remastered) (82/78/83) 32 €

Indisponible depuis de longs mois, le coffret Kalevala (le premier fruit de la collaboration entre Muséa et l’association finlandaise Colossus) connaît aujourd’hui une seconde jeunesse. Cette nouvelle édition offre, outre un titre bonus (signé du groupe Viima) et un graphisme retravaillé, des versions remasterisées de l’ensemble des morceaux disponibles sur les 3 CD initiaux. Les retardataires auront donc, pour une fois, raison...


MOSTLY AUTUMN : "Glass Shadows" (67:18) 17 €

Après un passage à vide certain (Heart Full Of Sky, sorti début 2007, avait en effet quelque peu déçu), le groupe anglais semble avoir clairement compris l’urgence de remettre les pendules à l’heure, sous peine de perdre certains de ses aficionados. Glass Shadows confirme très vite que le tir est corrigé et offre, paré d’une production de grande qualité et d’un son un peu plus moderne que par le passé, 10 compositions enthousiasmantes car surfant sur les atouts passés (sens mélodique, atours celtiques, refrains soignés, arrangements brillants, développements instrumentaux pleins d’à-propos, et le chant de Heather Findlay bien sûr...) en cherchant à leur offrir un nouvel élan. Pari réussi ici donc que de “faire du neuf avec du vieux” pour un album excellent au final qui devrait accompagner bon nombres de soirées estivales des plus rêveurs d’entre nous...


NO-MAN : "Schoolyard Ghosts" (53:00) 18 €

Infatigable Steven Wilson : le voici de retour avec son comparse Tim Bowness pour offrir enfin un nouvel album du duo No-Man (5 ans après Together We’re Stranger). Et le moins qu’on puisse dire est que ce retour devrait mettre enfin au premier plan cette formation jusqu’ici un peu trop laissée dans l’ombre de Blackfield et Porcupine Tree. Car même si l’ambiance générale développée par No-Man n’est sans doute pas tout public (spleen et désespoir en filigrane), la beauté des atmosphères, la surprise provoquée par certains passages, et la qualité d’ensemble de cette œuvre en font sans doute le meilleur opus concocté par ces deux esthètes.


 

 

OPRAM : "Live" (45:17) 18 €

A la manière de Lazuli, cette jeune formation originaire de Gap marrie avec un formidable talent sophistication ‘progressive’ et énergie ‘rock’. Sans parler du chant en français qui réunit également ces 2 groupes hybrides mais ô combien attachants. Live, faisant suite à un album paru en 2005 (Mon Temps, Mon Espace) est lui aussi hybride puisqu’il regoupe 5 titres (de 4 à 8 minutes) issus d’un concert de novembre 2006 et 2 plages vidéo (8 et 6 minutes). La scène est visiblement un formidable moyen pour Opram d’exprimer son grand talent, tant ses membres y font preuve d’une aisance incroyable. Chanteur charismatique, musiciens techniques (guitare et orgue hammond en tête) et enthousiasmants, mélodies accrocheuses mais recherchées, voilà des éléments susceptibles de séduire bon nombre de fans de prog, même si la musique de Opram ne suit pas pleinement les canons du genre. A découvrir !


OSADA VIDA : "The Body Parts Party" (Ed. Limitée digipack) (57:21) 18 €

Contrairement à bon nombre de ses récents compatriotes, Osada Vida (dont c’est ici le quatrième opus, bien que seul le précédent ait bénéficié d’une réelle distribution) ne développe pas un néo-progressif symphonique (bien que sa musique le soit parfois), mais délivre un propos varié et inclus au sein d’un concept (l’autopsie musicale d’un corps humain...) fleurant bon les années 70. Un peu comme si Yes rencontrait Pain Of Salvation ou Porcupine Tree (et d’autres formations encore), Osada Vida jongle entre les repères progressifs les plus connus et les nourrit de temps à autres d’éléments teintés de hard-prog ou d’une fusion symphonique au sein de compositions (10, de 4 à 11 minutes, sur l’édition limitée digipack) à tiroirs. The Body Parts Party est donc l’oeuvre très réussie d’une formation ayant clairement franchi ici un pallier, et avide, si le public le suit dans cette démrche, d’en franchir d’autres encore à l’avenir...


PANIC ROOM : "Visionary Position" (65:11) 17 €

Ouf ! On n’aura pas du attendre trop longtemps avant de découvrir la nouvelle incarnation de feu Karnataka. Quatre membres de ce dernier (dont Anne-Marie Helder et son chant divin !) constituent ainsi le coeur de cette nouvelle formation qui s’avère au final bien plus qu’un simple palliatif... Panic Room reprend en effet les choses là où Karnataka les avait laissées en 2003 avec Delicate Flame Of Desire. Visionary Position propose ainsi un folk progressif mélodique, se situant entre Karnataka (logique !), Mostly Autumn et Iona, et jouissant d’une production parfaite. Le style est certes clairement balisé mais superbement visité : sans surprise donc mais diablement envoûtant !


THE PINEAPPLE THIEF : "Tightly Unwound" (59:34) 18 €

Pour son nouvel album qui parait sur un label plus important que n’est Cyclops (et qui est le même qu’avait connu ... Porcupine Tree en son temps), la bande à Bruce Soord fait une nouvelle fois très fort, en parvenant tant à montrer ses capacités à composer des chansons bougrement efficaces que des pièces épiques aux multiples rebondissements. En plus d’être de fait une remarquable vitrine de son art, Tightly Unwound démontre une nouvelle fois que l’inspiration du groupe n’est décidément pas prête de se tarir. Un excellent (nouveau) départ !


PORT MAHADIA : "Echoes In Time" (45:38) 14 €

Inconnu au bataillon (bon OK, il s’agit ici de son premier album), ce groupe américain se fait très vite remarquer par le nom des 2 invités qui ont été conviés ici : Damian Wilson au chant (bien trop rare dans notre microcosme au regard de son grand talent) et David Ragsdale au violon. Echoes In Time impose avec force brio un progressif racé, accessible et accrocheur, qui évoque assez régulièrement l’univers musical d’un Kansas (normal, non !?), voire d’un Saga, d’un Ayreon ou d’un Starcastle. Au programme, 10 compositions (de 30 secondes à 14 minutes) aux atours variés et complémentaires (la guitare s’avère néanmoins le fil rouge du CD) qui, au regard de la grande fraîcheur qui s’en dégage, se dégustent avec grand bonheur en ces heures de forte chaleur... Excellente surprise !


PORCUPINE TREE : "Lightbulb Sun" (56:20) 18 €

Après Stupid Dream, c’est logiquement au tour de Lightbulb Sun de connaître une renaissance en CD et DVD-Audio. Situé dans la même veine musicale que son prédécesseur (plus pop-rock que le psychédélisme des débuts et moins métal que les albums suivants), Lightbulb Sun contient son lot de tubes en puissance et de compositions plus ouvragées pour un résultat tout à fait remarquable. Cette nouvelle version bénéficie donc d’un DVD-Audio proposant l’intégralité de l’album en mixage 5.1 plus 3 titres bonus (“Disappear”, “Buying New Soul” et “Cure For Optimism”) dotés du même traitement, mais aussi d’un nouveau mixage stéréo en CD concocté par Steven Wilson himself. Une (re)découverte pas seulement réservée aux inconditionnels du groupe.


 

SPOCK'S BEARD : "Live" (DVD) (125 mn) 23 €

Hasard du calendrier, le nouveau DVD de Spock’s Beard sort quasiment en même temps que celui de Neal Morse. Pour le plus grand plaisir des mélomanes, car l’un comme l’autre sont de notables réussites. Pas moins de dix-neuf titres composent ce concert enregistré lors de la tournée qui suivit la sortie de leur album éponyme, sans doute leur meilleur depuis le départ de Neal Morse. Outre de larges extraits de celui-ci, on trouve des morceaux de Feel Euphoria et Octane, ainsi que des incursions dans un passé plus lointain, avec «In The Mouth Of Madness», «Walking On The Wind» ou «Thoughts (Part 2)», «The Water» ou «Go The Way You Go». Ajoutez à ça un duel de batterie d’anthologie et un bon délire signé Ryo Okumoto, et vous obtenez un DVD qui illuminera votre été !

PS : l’édition 2 CD est également disponible, au prix de 23 € pièce...


THE OLIVER WAKEMAN BAND : "Coming To Town. Live In Katowice" (DVD+CD) (100 mn + CD) 28 €

Le même soir que la première du Caamora de Clive Nolan, Oliver Wakeman donnait un concert avec son groupe, légèrement modifié depuis la sortie de Mother’s Ruin. En plus d’extraits de ce disque studio, le fils aîné de Rick Wakeman interprétait des titres issus de ses deux collaborations avec Nolan, Jabberwocky et The Hound of the Baskervilles. Entouré d’un guitariste flamboyant et d’un nouveau chanteur particulièrement doué, le claviériste faisait la démonstration de son immense virtuosité au piano comme aux synthétiseurs. Le talent a quelque chose d’héréditaire !

 

PS : l’édition DVD simple est également disponible, au prix de 24 € pièce...


 

WILLOWGLASS : "Book Of Hours" (49:49) 14 €

Après un premier disque en 2005, le projet du multi instrumentiste Andrew Marshall et du batteur Dave Brightman nous offre un nouvel opus, toujours entièrement instrumental. En cinq morceaux, dont deux de onze et un de seize minutes, nous sommes envoûtés par un progressif symphonique délicat, évoquant aussi bien Genesis que Steve Hackett, Anthony Philips ou Mike Oldfield. Finesse mélodique, sophistication harmonique, atmosphères luxuriantes, solos délicats (guitare et claviers), symphonisme profond et fécond, font de ce Book Of Hours, non seulement une très belle réussite artistique, mais le digne successeur de ce progressif typiquement anglais, véritable voyage au coeur de paysages champêtres et verdoyants. Bravo !!!