Avant-Propos :

Cette nouvelle Sélection de Nouveautés n’a rien à envier à celles qui l’ont précédée. Elle possède bel et bien son lot d’excellentes sorties, en provenance des quatre coins (ou presque) du Monde, preuve une nouvelle fois du caractère cosmopolite de notre courant. Une sorte de Coupe Du Monde des musiques progressives en quelque sorte, en guise de clin d’oeil à l’actualité footballistique. Mais une compétition qui n’en est pas vraiment une ici bien sûr, tant les talents se complètent plus qu’ils ne s’opposent...

Mais l'événement de cette dernière Sélection printanière est peut-être la sortie de “Rock Progressif” d’Aymeric Leroy. Amené à devenir très vite un ouvrage de référence, notamment pour la période dorée des années 70. Outre la somme d’informations recensées et la mise en perspective historique (source de réponses à bon nombre de questions), la force de ce livre est par exemple de donner une envie irrépressible de réécouter les classiques du genre et, chose incroyable, d’en découvrir de nouvelles saveurs quand bien même on les a déjà écoutés des centaines de fois... A ne pas rater, il va sans dire !

Bonne lecture à toutes et à tous !

Olivier Pelletant (pour Cosmos Music)


PROMOTION

JUIN 2010

Jusqu'au 10 Juillet 2010 !!!!

Dans la limite des stocks disponibles...

2 CD à 13 € pièce !!! 

FLAVIO MEZZODI : «Elements»

WOLFSPRING : «Wolfspring»


La dernière Sélection de Nouveautés (Juin 2010)...

ABARAX : "Blue Room" 17 €

ANATHEMA : "We’re Here Because We’re" 18 €

ESKATON : "4 Visions" 17 €

FRAMEPICTURES : "Remember It" 15 €

FREQUENCY DRIFT : "Personal Effects - Part 2" 17 €

HAMADRYAD : "Intrusion" (CD+DVD) (Ed. Limitée) 20 €

INTROITUS : "Fantasy" 17 €

FLAVIO MEZZODI : "Elements" 13 €

MYSTERY : "One Among The Living" 17 €

ODYSSICE : "Silence" 17 €

ONE SHOT : "Reforged" 17 €

PAIN OF SALVATION : "Road Slat One" (digipack) 18 €

PBII : "Plastic Soup" 15 €

THE REASONING : "Adverse Camber" 17 €

ROSWELL SIX : "Terra Incognita : A Line In The Sand" 15 €

SKY ARCHITECT : "Excavations Of The Mind" 15 €

VONASSI : "The Battle Of Ego" 15 €

WOLFSPRING : "Wolfspring" 13 €

XING SA : "Création De L’Univers" 17 €

"ROCK PROGRESSIF" par Aymeric LEROY (Livre) 25 €

 


ABARAX : "Blue Room" (58:30) 17 €


Le label anglais Cyclops semble peu à peu sortir de sa torpeur et reprendre une activité digne de sa réputation. Abarax, groupe allemand, publie ici son second opus, dans une veine fidèle au premier (datant de 2006), à savoir un néo-progressif floydien mais qui n’hésite pas pour autant à se faire régulièrement violence. Blue Room s’invite également bien plus souvent que par le passé dans les années 70, notamment au niveau des éructations jouissives de l’orgue Hammond ou des harmonies vocales. De délicieuses touches ‘Jane’ ou ‘Novalis’ se découvrent ainsi sur les 8 compositions (de 2 à 11 minutes) de Blue Room, finissant de faire de cet album une franche réussite...


ANATHEMA : "We’re Here Because We’re" (58:11) 18 €


Au moment où ces lignes sont écrites, il n’est pas encore possible de vous dire si We’re Here Because We’re Here est le meilleur album de Anathema à ce jour (même si les indices semblent assez nombreux et probants), mais il apparait clairement comme son opus le plus progressif. Les 10 compositions (de 4 à 8 minutes) présentent ici en effet un prog atmosphérique de très haute facture, tant en terme de production (Steven Wilson aux manettes !) que de flamboyance mélodique. Jamais Anathema n’avait en effet nourri sa musique de tant de variation th`ématique, faisant de cet opus une splendeur. On est certes en terrain connu, mais le soin apporté aux détails et une ambition générale plus affirmée finissent de nous convaincre : We’re Here Because We’re Here est un un sacrément bon CD de progressif moderne et respectueux des valeurs ‘seventies’ !


ESKATON : "4 Visions" (51:31) 17 €


Objet en 1996 d’une première réédition sur le défunt label suédois APM, l’opus inaugural des zeuhliens franciliens (enregistré en 1979 mais sorti uniquement en cassette deux ans plus tard, le groupe ayant entre-temps publié un second/premier album, Ardeur) est enfin disponible à nouveau. Malgré (ou grâce à) l’influence encore très prégnante de Magma, tant dans la propulsion rythmique ou les choeurs que l’utilisation prédominante des pianos électriques, 4 Visions reste probablement le sommet de la discographie d’Eskaton : 4 longues compositions (9-13 minutes) riches et chatoyantes, où les interventions vocales (en français) alternent avec de conséquentes échappées instrumentales, le tout avec une maîtrise technique remarquable. Quatre titres bonus plus tardifs (1984-85) complètent l’ensemble.


FRAMEPICTURES : "Remember It" (76:35) 17 €


FramePictures est un nouveau groupe en provenance du Portugal, et lancé par Progrock Records. Ayant débuté comme une formation entièrement instrumentale, FramePictures s’est par la suite doté d’un chanteur. Son premier album, centré sur l’exploration de l’inconscient, est clairement ancré dans le hard-prog, avec sept morceaux -dont une suite de vingt-cinq minutes- combinant à la fois les influences de Planet X et de Rush, sans oublier une pointe d’ambiance post-rock. Très prometteur !

   

 

FREQUENCY DRIFT : "Personal Effects - Part 2" (64:22) 17 €


Autre groupe allemand à faire l’actualité de Cyclops en ce printemps 2010, Frequency Drift effectue une sacrée progression dans le classement ‘virtuel’ des formations de notre mouvement. La deuxième partie de ces Personal Effects montre en effet Frequency Drift au top de sa forme, offrant (enfin) à sa musique une forme et une inspiration de tout premier plan. Le progressif visuel, symphonique et aérien découvert ici, prend parfois des tournures inédites (grâce notamment à une instrumentation variée : harpe électrique, violon, instruments à vents) mais repose globalement sur un socle solide, similaire parfois à celui sur lequel d’autres formations (Magenta, Sylvan) ont érigé leur musique. Inspiré par la Science-fiction, Personal Effects- Part 2 s’avère une oeuvre riche et prenante, qui offre même la possibilité d’entendre Jacob Holm-Lupo (White Willow, Opium Cartel) jouer de la guitare sur un titre. Un gage de qualité, non !?


HAMADRYAD : "Intrusion" (CD+DVD) (Ed. Limitée) (60:19/78mn) 20 €


Ce troisième album studio confirme la montée en puissance de ce combo canadien tout au long de sa première décennie d’existence. On y trouve des morceaux finalement assez variés, alternant entre des ambiances bucoliques et romantiques, des rythmes funky, du jazz-rock, du hard, du Gentle Giant, et bien sûr de larges envolées solistes. Un véritable résumé de progressif qui fait plaisir à entendre tant il est réalisé avec fougue et passion. Difficile au final de ne pas faire d’Intrusion le meilleur album d’Hamadryad à ce jourt, tant cet opus respire la maîtrise, l’ambition et surtout la passion de ses auteurs.


N.B. : A noter que cette version limitée propose un DVD bonus dont l’intitulé, When They Were Four : Live In France 2006 Festival Crescendo, a le mérite de nous éclairer sur son contenu...


INTROITUS : "Fantasy" (72:43) 17 €


Comme parfois au sein du courant progressif, les (bonnes) nouvelles ont du mal à franchir les frontières. Pour preuve, le premier album de ce groupe suédois, datant de 2007 et ne nous parvenant qu’aujourd’hui, au moment où son auteur s’apprête à lui offrir un successeur (à la rentrée très certainement). Introitus, c’est avant tout une affaire de famille (les Bender) : le père (claviériste et compositeur de l’ensemble) et la mère (chanteuse et parolière), sans oublier le fils et la fille qui viennent filer un coup de main à la batterie et aux choeurs... Bon nombre d’invités (flûte, saxophone, basse, guitare etc.) finissent de compléter le line-up qui donne vie à ce superbe Fantasy. Franchement, quelle excellente surprise que voici ! Dans le genre “progressif symphonique”, cet album impose sa classe et son inspiration tout au long des 7 compositionss (7, 6, 9, 26, 9, 7 et 8 minutes) qu’il décline à la perfection, tant au niveau des parties chantées (la voix de Anna Jobs Bender est très plaisante) que des séquences instrumentales (solos à foison). A décrouvrir d’urgence !


FLAVIO MEZZODI : "Elements" (46:49) 13 €


Ancien batteur du groupe suisse Thonk et Suisse lui-même, Flavio Mezzodi nous propose ici son premier album solo, qui jongle en permanence entre prog symphonique et fusion progressive. Entouré de nombreux invités, ce talentueux bonhomme délivre donc une musique avant tout instrumentale (seul 2 titres sur 8 contiennent du chant), assez proche parfois de ce qu’a pu nous proposer Xang il y a quelques années et qui bénéficie (logique !) d’une assise rythmique assez incroyable. Flavio Mezzodi n’en fait pourtant pas trop (sauf sur le dernier morceau, entièrement dédié à la batterie), et bénéficie surtout de compositions (de 3 à 8 minutes) qui offrent de régulières et jouissives montées en puissance. Claviers et (surtout) guitares sont à la fête au sein de ce probant Elements, qui offre en guise de bonus une plage vidéo de 8 minutes. Inattendu !


MYSTERY : "One Among The Living" (62:57) 17 €


Ce nouvel album de Mystery, le sixième, non content d’être rempli à ras bord, propose certes une suite de 22 minutes mais une liste d’invités assez remarquable : Daryl Stuermer, Olivier Wakeman, John Jowitt, Antoine Fafard de Spaced Out ou la chanteuse Claire Vezina. Pour ceux qui l’auraient oublié, Mystery est dirigé par Michel St-Père, également fondateur du label Unicorn, et décline une musique influencée par les grands des années 70 (Genesis, Pink Floyd) mais avec une indéniable touche neo-progressivo-symphonique. Cependant, la tentation première, en découvrant ce One Among The Living (au delà même de son superbe contenu), est d’écouter les parties vocales de Benoît David, remplacant de Jon Anderson dans Yes pour la dernière tournée et certainement pour le futur album-studio du groupe anglais. Le bonhomme, logiquement moins tenté ici d’imiter son illustre devancier, offre une prestation de haut vol, permettant aux séquences chantées de porter, au même titre que les développements instrumentaux, cet opus vers les sommets. Un vrai régal !


ODYSSICE : "Silence" (53:51) 17 €


Ce qu’il y a de formidable (ou pas) avec le courant progressif, c’est qu’une formation peut disparaître pendant 10 ans, puis subitement ressurgir du néant pour intituler son nouvel opus (le troisième dans le cas présent) Silence... Humour batave visiblement. Quoi qu’il en soit, Odyssice a beau avoir quitté sa route musicale durant une décennie, la direction suivie aujourd’hui n’a pas changée durant ce long... mutisme. Le progressif instrumental de Silence est à nouveau flamboyant et chatoyant, mené par les somptueuses arabesques guitaristiques de Bastiaan Peeters, l’égal de Andy Latimer, Steve Rothery et autres Steve Hackett pour distiller un lyrisme de toute beauté, capable de plonger ses auditeurs dans une totale béatitude. Les claviers, bien que moins présents, n’en demeurent pas moins essentiels dans la haute opinion qu’on ne manquera pas d’avoir quant au progressif symphonique de Odyssice. Grand talent, grand album !


ONE SHOT : "Reforged" (62:02) 17 €


Ceci n’est pas un nouvel album du quatuor (qui semble hélas enterré, tout au moins dans sa configuration d’origine), mais la réédition de son premier opus, depuis longtemps introuvable. Pour l’occasion, les bandes ont été remixées sous la supervision de James MacGaw, avec au passage l’ajout d’un bonus issu de la même séance. Le One Shot de 1999 propose un jazz-rock zeuhl un peu austère en comparaison de ses exploits ultérieurs (l’absence du synthé, sans doute, qui apportera une touche plus veloutée et lyrique), mais on retrouve déjà l’énergie décapante et l’osmose exceptionnelle qui feront de la bande à Bussonnet et Borghi, parallèlement à leur participation à Magma, l’un des tous meilleurs groupes français pendant sa décennie d’activité.


PAIN OF SALVATION : "Rpoad Salt One" (55:33) (digipack) 18 €


Voilà donc la première partie du nouveau concept album de Pain Of Salvation, après le mini Linoleum paru l’an dernier. Près d’une quinzaine de chansons sont au menu, et si l’ambiance rétro est clairement assumée, avec des styles relativement variés, à l’image de Be, la fibre mélodique est toujours bien présente, Daniel Gildenlöw assurant une interprétation plus habitée que jamais. Un disque qui confirme assurément le talent des Suédois. L’édition limitée contient en outre un morceau introductif supplémentaire et deux titres en version étendue.


PBII : "Plastic Soup" (69:13) 15 €


PB II est une nouvelle formation signée par Progrock, mais constituée sur les cendres d’un groupe néerlandais né dans les années 70, Plackband. Composé d’un batteur, d’un bassiste, d’un guitariste et d’un chanteur claviériste, PB II développe un progressif symphonique très contemporain, toujours mâtiné de leur plus forte influence, Genesis, mais avec des accointances neo-progressives prononcées. Deux invités de marque sont également présents : John Mitchell et John Jowitt, renforçant la proximité avec un groupe comme Frost. Plastic Soup flirte néanmoins très souvent avec les années 70, mais reste au final fidèle au style ‘hybride’ (croisement entre Genesis et Arena, pour faire court) qui a fait sa réputation quand il s’appelait Plackband et qui, convenons-en, lui va parfaitement...


THE REASONING : "Adverse Camber" (41:35) 17 €


Encore un groupe prolifique qui publie déjà son troisième album après les remarqués Awakening (2006) et Dark Angel (2008). Pas de grand changement au programme d’Adverse Camber, mis à part le chant qui évolue désormais avec 2 voix féminines et 1 voix masculine suite au départ du claviériste-chanteur. Pour le reste, la musique se situe dans la veine d’un rock mélodique charmeur et dynamique avec une large place laissée à la guitare, même si les claviers (le piano en particulier) figurent encore en bonne place. Un album assez court (6 morceaux pour un peu plus de 40 minutes) mais sans remplissage, ce qui n’est pas la moindre de ses qualités.


 

ROSWELL SIX : "Terra Incognita : A Line In The Sand" (65:13) 15 €


Ce projet de mise en musique d’un nouveau cycle du prolifique auteur de science-fiction Kevin J. Anderson avait déjà accouché d’un premier volet, Beyond The Horizon, l’an dernier, sous la houlette d’Erik Norlander. Cette fois, c’est le multi instrumentiste Henning Pauly qui a supervisé la réalisation des dix nouveaux titres, le propos se faisant plus musclé. Et le casting des vocalistes est une nouvelle fois impressionnant : Steve Walsh, Nick Storr (chanteur de The Third Ending), Michael Sadler, Charlie Dominici (ancien chanteur de Dream Theater), et Arjen Lucassen aux chœurs. De quoi intéresser les férus d’opéras hard-prog.


 

SKY ARCHITECT : "Excavations Of The Mind" (52:23) 18 €

Jeune formation néerlandaise, Sky Architect ne manque pas d’ambition : les 5 morceaux de son premier album (19, 12, 5, 12 et 3 minutes), illustré par Mark Wilkinson (!!), se veulent une réinvention du progressif symphonique des années 70, à base de structures complexes, de larges développements instrumentaux et d’ambiances contrastées. Sorte de pendant batave aux suédois de Beardfish, Sky Architect, bien qu’adepte de compositions à tiroirs, offre néanmoins un style légèrement plus accessible. Chose incroyable pour un premier opus, Excavations Of The Mind exhale la maturité par tous les pores de son progressif finement élaboré, qui devrait se trouver très vite un public des plus fournis. Bravo !


VONASSI : "The Battle Of Ego" (57:08) 15 €

Vonassi est un trio originaire de Chicago, qui livre avec The Battle Of Ego un premier album. La guitare est assurément au centre des réjouissances, avec des interventions particulièrement variées, et si le chant n’est pas sans évoquer celui de Queensrÿche, musicalement, il convient d’invoquer une curieuse fusion de Porcupine Tree, Dream Theater et Spock’s Beard. Puissant, mélodique et changeant, tel est le triple credo de Vonassi.


WOLFSPRING : "Wolfspring" (56:31) 13 €


Pour une fois que Progrock Records signe un de nos talentueux artistes français, l’occasion est trop belle pour la laisser passer ! Wolfspring est en effet le projet parallèle de Jean-Pierre Louveton, leader de Nemo. Il est entouré du chanteur Julian Clemens, qui officie en anglais et avec grand talent, du batteur Ludovic Moro-Sibilot et de son complice Guillaume Fontaine pour les claviers. Les huit titres (de 5 à 12 minutes) de ce premier disque privilégient une veine plus néo-progressive que Nemo, plus contemporaine également dans les influences, sans que le progressif plus planant et symphonique ne soit oublié. Originalité, créativité et professionnalisme sont ainsi les premiers mots qui viennent à l’esprit en découvrant ce très réussi Wolfspring. Une excellente surprise !


 

XING SA : "Création De L’Univers" (63:47) 17 €


On retrouve ici une moitié du groupe Setna, en dispositif claviers/basse/batterie instrumental. Logiquement, la musique proposée est plus ouverte à la spontanéité et même à l’improvisation, mais n’en demeure pas moins structurée et épique, le trio conservant l’étroite cohésion (qualité indispensable quand il est question de zeuhl) de son groupe d’origine. La prestation instrumentale est éclatante, l’utilisation de claviers ‘vintage’ (Rhodes, Moog, orgue) renvoyant clairement à l’âge d’or des ‘seventies’, avec lequel ce superbe album rivalise aisément tant sur le fond que la forme. Ces Rouennais sont décidément bien talentueux !

 


"ROCK PROGRESSIF" par Aymeric LEROY (Livre - 450 pages) 25 €

 

Déjà auteur il y a peu d’un livre consacré à Pink Floyd, Aymeric Leroy, co-fondateur du magazine Big Bang, livre cette fois une somme d’importance dédiée à l’histoire du rock progressif. Partant du «proto-prog» pré 1969, il présente une synthèse chronologique principalement axée sur les années 70, aussi passionnante qu’érudite, qui vous fera incontestablement écouter vos disques de référence avec une oreille nouvelle. L’ouvrage de référence sur le sujet, pas moins.